98 LOGEMENTS | Choisy-le-Roi (94)

ZAC des Hautes Bornes, Ilot Tassigny, rue du Four

Programme : 98 logements locatifs aidés et commerces

Maîtrise d'ouvrage : Expansiel, Valophis Habitat

Aménageur : Sadev 94

Maîtrise d'oeuvre : Fabrice Dusapin Architecte, Facea, Avel

Surface : 7 400 m²

Coût : 10 350 000 € HT

Calendrier : Livraison 2015

Mission : Complète

Certification : BBC - RT 2012

Au fil de l’Histoire, Choisy-le-Roi a développé une identité mi- résidentielle, mi- industrielle portée par l’image de la mixité sociale et urbaine, une mixité qui s’illustre à l’échelle du quartier comme à l’échelle de la rue. Au cœur de la ZAC des Hautes Bornes, à l’extrême sud-ouest de la ville, le site choisi pour l’opération de 98 logements sociaux en est un exemple : parcourant le territoire à pied, on découvre pêlemêle, dans un rayon de quelques centaines de mètres autour de ce site, une multitude d’identités urbaines et programmatiques : tissu résidentiel de maisons individuelles, immeubles de logements collectifs, équipements publics de proximité, jardins familiaux, activités artisanales, commerces et petites industries. Cette morphologie urbaine dessine alors l’image d’un pôle de vie se parcourant à pied.

 

A l’image de ce quartier, nous avons souhaité pour ce projet un bâtiment à l’échelle du piéton, dont le volume respecte les habitations et équipements alentours, dont l’architecture révèle la vie contemporaine, tant dans ses pratiques urbaines que dans les usages privatifs des espaces, et dont l’attention particulière au traitement des espaces extérieurs tisse les rapports entre habitat et végétation, entre neuf et existant.

A la recherche d’une écriture de la complémentarité et de la diversité, nous avons conçu un ensemble dynamique, évitant les répétitions, créant des écritures de façades différentes, alternant verticalités et horizontalités, mélangeant habilement les typologies des appartements pour casser une répétitivité mathématique.

 

Le programme de logements n’étant pas approprié aux démonstrations techniques, il est décidé de répondre de manière volontairement antihéroïque.
Diversité, autonomie et appartenance à un quartier sont pour nous les facteurs essentiels à une bonne cohérence spatiale et fonctionnelle.